Notre voyage en basse Californie

Voyage en basse Californie

Nous sommes partis au mois d’août 2015 en Basse-Californie pour visiter cette belle région et se dépayser complètement de cette vie très mouvementée en région parisienne.

Mais tout d’abord, situons la basse Californie:

La Basse-Calibaja-california-sur-mapfornie (en espagnol : Baja California) est l’État du Mexique situé le plus au nord. La majeure partie de son territoire comprend la moitié de la péninsule de Basse-Californie~ au nord du 28e parallèle Nord. Cette région constitue la presqu’île du Nord-Ouest du Mexique, située entre le golfe de Californie et l’océan Pacifique. Longue de plus de 1 000 km, et d’une largeur variant entre 50 et 250 km, elle est constituée de chaînes montagneuses qui s’élèvent dans le nord à plus de 3 000 m d’altitude. Entourée par l’État de Sonora et à l’est et la Basse-Californie du Sud au sud, elle est également frontalière des États d’Arizona et de Californie aux États-Unis.

La Basse-Californie couvre une superficie de 71 576 km2 et compte environ 2 750 000 habitants (2003). Plus de 75 % de la population vit dans les villes situées autour de la capitale de l’État, Mexicali et de Tijuana.

(Info Wikipedia)

Suivi de notre voyage

Pour la préparation de ce voyage, nous sommes passés par une agence de voyage. Cette agence, basée à La Paz (BSC) a su nous préparer un parcours magnifique. La Basse Californie se décline sur 1 700 km de long entre le Pacifique et la mer de Cortès, et 250 km au niveau de la plus grande largeur. Cette escapade se passe entre désert de cactus, zones montagneuses et paysages marins.

Dans la suite de cet article je vais essayer, en détaillant chacune de nos étapes, de vous faire découvrir ce merveilleux doigt de mer qu’est la basse Californie.

  1. L’arrivée sur TijuanaSurvol des cotes Mexicaine

Il est toujours magique d’arriver dans un pays étranger par avion. On a l’impression d’être un explorateur qui entre dans un endroit inconnu et fascinant. Le voyage en avion s’est passé sans souci et j’ai pu prendre quelques photos de notre arrivée.

Tijuana est une grande ville considérée comme peu sûre à cause de la frontière qu’elle  a avec les Etat Unis. A l’arrivée à Tijuana, nous sommes donc allés directement en centre-ville pour récupérer la voiture, une jeep Wrangler et sommes partis pour Ensenada.

  1. De Tijuana à Ensenada

Cette partie de route de Tijuana à Ensenada n’était pas très intéressante et nous sommes allés directement à l’Hôtel afin de récupérer et de profiter pleinement du voyage après une bonne nuit de sommeil.

  1. De Ensenada au parc de San Pedro Martir

Entre Esenada et le parc San Pedro Martir, il y a un arrêt obligatoire : la ville de La Bufadora. Cette ville tient son nom d’un rocher que la mer a patiemment creusé, et où l’océan Pacifique s’engouffre, faisant un bruit de tonnerre, projetant un jet d’eau qui rappelle celui d’un geyser

 

  1. De San Pedro Martir à Cataviña

San Pedro MartirSan Pedro Martir est situé dans la partie nord de la basse Californie, dans une région montagneuse et fait entièrement parti de la municipalité de Ensenada. La Sierra de San Pedro Martir est très spectaculaire tant du point de vue de la nature (pin, sapin, cyprès et forêts de conifères) que du point de vue de la faune (Condor de Californie et Urubu entre autre). Il y a un total de 142 espèces de plantes et environ 70% de la surface du parc original sont recouverts de grandes zones boisées, en très bon état, ce qui en fait l’un des quartiers le plus prestigieux protégé du Mexique.

A 2830 m se tient l’observatoire contenant un télescope de 2,10 m de diamètre. C’est de là que l’on peut observer le Pic du Diable, point culminant de l’état de Basse Californie.

Le soir nous nous sommes arrêtés au Ranch Mailing. Ce Ranch,tenu par une équipe sympathique et au milieu de nulle part nous a permis d’effectuer une étape très reposante. Nous n’avions de l’électricité qu’entre 19 à 22 heures, celle-ci étant produite par un groupe électrogène situé à l’entrée du Ranch.

  1. De Cataviña à Bahia de Los Angeles

sans titre-1La route de Cataviña à Bahia de Los Angeles annonce le début du désert de cactus, nous nous trouvons dans la Vallée de los cirios dans le désert de la basse Californie dans la région de Cataviña située au sud d’Ensenada. Nous y avons observé des « cirros » (les cierges), une sorte de cactus poussant tout en hauteur, le « cardon », le plus grand cactus du monde qui peut atteindre plus de 20 mètres et peser plusieurs tonnes. sans titre-145

L’arrivée à Bahia de Los Angeles (la baie des anges) fut inoubliable. En effet nous sommes arrivés en hauteur de la baie et la vue était imprenable.

Après avoir conduit pendant des heures à travers un désert aride et accidenté, la mer de Cortès s’est offerte à nous, au détour d’un virage, sur des eaux d’un bleu profond. La vue était vraiment exceptionnelle et nous nous sommes arrêtés sur une aire à côté de la route afin d’observer et de prendre des photos de cette baie magnifique.

  1. De Bahia de Los Angeles à Guerrero Negro

Nous prenonsBasse Californie-20150809_1 ensuite la route nationale vers le sud durant plusieurs kilomètres avant d’arriver à la latitude 28 qui est le poste de contrôle à la frontière entre l’état de Baja California nord et sud.Basse-Californie-20150809_1-3

Guerrero Negro, ville tout en longueur avec une grande avenue bordée de magasins est sans grand intérêt si l’on ne va pas voir les dunes de sable blanc qui se trouvent au bout d’une longue langue de terre. Cette presqu’île démarre par des marais salants où l’on peut observer un grand nombre d’oiseaux tel que Bihoreaux, Aigrettes, Barges marbrées, etc…

Arrivés enfin au bout de cette presqu’île, on peut voir, en face de nous, de grandes étendues de dunes de sable blanc. Ces dunes sont magnifiques et on pourrait y rester des heures sans s’en lasser.

  1. De Guerrero Negro à San Ignacio

Grottes - peinture rupestreNous sommes partis de Guerrero Negro et avons pris la route en direction de San Francisco de la Sierra. La route était monotone, avec de part et d’autre, des terres arides et peu de cactus. Après avoir traversé un lieu-dit dénommé Los Angeles , nous avons pris une route étroite et sinueuse qui nous a emmenés à San Francisco de la Sierra, petit village typique de montagne. Là nous noRivière au bord du B&Bus sommes rendus avec un guide dans une grotte où nous avons pu observer des peintures rupestres.

Nous avons ensuite repris la route pour San Ignacio, où nous avons passé 2 nuits dans un bed & breakfeast (Ignacio Spring), tenu par une canadienne très sympathique. Cet endroit atypique, au bord d’une rivière, sous les palmiers et le chant des oiseaux, est aménagé de Yourtes en dur, toutes aussi différentes les unes des autres. Ces yourtes étaient très confortables et si vous passez dans la régions n’hésitez pas à aller réserver là-bas, c’est vraiment un petit coin de paradis sur terre.

  1. De San Ignacio à Mulege

sans titre-45Pour nous rendre à Mulege, nous sommes passés par Santa Rosalia. La route passait à côté des trois vierges, volcans dont un est encore plus ou moins actif. On peut observer des coulées de lave qui arrivent jusqu’au bord de la route. Santa Rosalia est une ancienne ville minière créée par les sans titre-16allemands, puis reprise par les français. Elle fait très ville coloniale, maisons avec balcon, maisons colorées avec beaucoup de fleurs. On peut même y voir une église en métal dessinée par Gustave Eiffel en 1884 et qui a été montrée à l’Exposition universelle de Paris de 1889 (voir la plaque). Achetée, elle fut démontée et acheminée par voilier dans cette ville mexicaine. De nombreux Urubu à tête rouge nous ont accueilli à l’entrée de la ville, cela faisait très film western.

Nous avons continué notre route et sommes allés voir la mission Santa Rosalia, cette mission surplombe la ville et la vue sur celle-ci est imprenable.

  1. De Mulege à Loreto

sans titre-95-ModifierAprès Mulege nous sommes allés à la mission San Javier dans les montagnes derrière Loreto. La route était la plupart du temps praticable mais parfois des ruisseaux devaient être traversés. La mission San Javier, est une des plus anciennes de la basse Californie (1699). La mission se situe au bout d’une longue rue bordée de petites maisons. D’un côté il y a un parc avec des arbustes et derrière un chemin qui mène à des oliviers centenaires où nous avons pu admirer de très beaux spécimen de libellules et d’agrions. Lors de cette ballade on a pu observer de belles libellules telle que Orthemis ferruginea ou de beaux lézards à queue bleue vif tel que scinque à queue bleue.sans titre-154

Nous sommes redescendus ensuite sur Loreto, petite ville qui s’étend le long de la mer de Cortès et capitale des Californies jusqu’en 1829, où nous avons passé la nuit. c’est là que la première colonie européenne de la Californie « a été fondée. Le Père Juan María Salvatierra est arrivé à Loreto à la fin d’Octobre 1697, et la mission qu’il a fondée est devenue le centre des efforts déployés par les jésuites pour christianiser la péninsule indigène. Plus tard vinrent les Franciscains et les Dominicains, qui ont continué l’expansion de ce système.

  1. De Loreto à La Paz

rocher-en-forme-de-tete-esperito-santo-_l0a3257-15-aout-2015La route vers La Paz n’a rien d’exceptionnelle, grande route rectiligne et très monotone. La Paz a été fondée en 1535, C’est la capitale de la Basse-Californie du Sud. L’arrivée à La Paz est comme l’arrivée dans une grande ville, beaucoup de vie, beaucoup de circulation , beaucoup de bruit. Le soir venu, au coucher du soleil, nous nous sommes baladés sur le malecon (le front de mer) , ballade très agréable avec des couleurs à couper le souffle. le lendemain nous sommes allés faire le tour des îles et avons plongés autour de l’île d’esperito santo où certains rochers avaient des formes originales tel celui de gauche représentant une tête de mort, nous avons également fait du snosans titre-302rkeling avec les lions de mer, déjeuné sur une plage paradisiaque (avec un effectivement très bon Ceviche), plusieurs arrêts pour se baigner avec des poissons plus beaux les uns des autres, dans des lieux paradisiaques. ce fut une journée inoubliable. Nous avons également pu observer et photographier plusieurs oiseaux de mer tels que fous aux pieds bleus, frégates superbes et autres oiseaux merveilleux.

  1. De La Paz à La Paz

sans-titre-250Cette dernière partie du voyage nous a encore permis de découvrir une autre facette de la basse Californie, pleine de couleur, de gens accueillants et de paysages à couper le souffle.

Nous nous sommes arrêtés à la maison d’hôte El Angel Azul où il y avait une cuisine commune aux différents hôtes, chambres situées autour d’un petit jardin central aménagé avec des plantations luxuriantes, des tables et chaises pour se restaurer et un jardin entretenu avec beaucoup de soin. Les directives de la propriétaire sont tournées autour de l’économie d’eau et l’économie d’énergie. Le jardin est agrémenté de bancs sculptés représentant des Mexicains, tables et chaises pour le déjeuner. La Paz est une ville importante, les rues sont disposées en quadrillage presque parfait.

La cathédrale Nuestra Señora de La Paz est située face à une place, la plaza  Constitucion, où il peut y avoir des marchés et en l’occurrence le jour où nous y étions c’était un marché pour les écoliers, fournitures scolaire et les tenues pouvaiensans-titre-691t y être achetées.

Le soir nous avons pu observer un magnifique coucher de soleil lors d’une ballade sur le malecon (front de mer). Le lendemain nous avons fait une promenade en bateau avec Rodrigo notre guide qui parlait Français et nous avons pris la direction de l’île d’Espiritu Santo en longeant la côte, cette île est la plus proche de la baie de La Paz et possède les plus belles vues de toutes les îles sur la mer de Cortès. Ces paysages désertiques contrastées par des falaises de calcaire rougeâtre, au bord d’une mer bleue-turquoise, tableau vivant dans lequel nous évoluons.

Nous sommes ensuite passés à côté du rocher El Hongo emblème de La Paz (ce rocher a été cassé par un promoteur mécontent qu’on lui refuse le terrain, puis le rocher a été reconstruit). Nous sommes ensuite passés près de rochers où des frégates superbes avaient élu domicile.

On passe dans des grottes à l’eau turquoise, des milliers de petits crabes multicolores courent le long des parois. À la vue de quelques lions de mer, nonchalamment installés sur des rochers, nous décidons de sauter dans l’eau pour nous approcher d’eux en les respectant, le but étant de surveiller leurs réactions et de pas s’approcher plus près si le mâle dominant devenait menaçant. L’eau était chaude et claire et nous avons pu nager au milieu d’une multitude de poissons multicolores, de lions de mer ainsi que quelques barracudas.

Le lendemain nous avons eu des pluies torrentielles à la PAZ lors d’une ballade, il y avait bien une dizaine de centimètres d’eau dans les rues.

Nous sommes partis pour Todos Santos à l’hôtel posadas del posa, cet hôtel tenu par des suisses était très bien entretenu, le jardin était magnifique on pouvait y observer des palmiers à tronc lisse, plusieurs sortes de cactus, et des fleurs dénommées oiseaux du paradis. L’hôtel est face à l’océan Pacifique et est assez éloigné des villes. La ville de Todos Santos abrite beaucoup d’artisans. Sur la plage qui borde grand-geocoucou-geococcyx-californianus-10-modifiercette ville nous avons rencontré beaucoup de pélicans qui pêchaient.

Puis nous sommes allés à Cabo San Luca. Cette ville touristique a beaucoup de magasins dont certains magasins de poteries très typiques.

Nous sommes ensuite allés à Cabo Pulmo où nous avons pris une route le long de lbasse-californie-20150821_2a côte, route à peine carrossable, nous pourrions parler plutôt d’un chemin. Là lors de notre voyage j’ai pu observer et prendre en photo notre bip-bip de la BD appelé plus spécialement Grand Geocoucou (Geococcyx californianus) et quelques insectes assez originaux. 

  1. Le Retour à Paris

Le retour c’est déroulé sans encombre, une escale à Mexico et vol sur Paris.

  1. Conclusion

Pour Conclure, notre voyage en basse Californie fut une superbe expérience où nous avons traversé des paysages superbes (déserts de cactus à perte de vue), avons rencontré des personnes accueillantes et chaleureuses, nous nous sommes baignés dans des eaux d’un bleu profond en compagnie de poissons tout en couleur et dont certains sautaient au-dessus de la surface de l’eau, d’Otaries faisant attention à ce que l’on ne s’approche pas trop d’elles, de raies sautant au-dessus de l’eau. Nous avons vu une faune incroyable, des oiseaux comme des frégates superbes, des colibris, des géo-coucous (le bipbip) et bien d’autres. Un voyage très nature dans un environnement encore très sauvage. Tout cela, nous avons pu le faire grâce à notre voyagiste (Mexcapade)  agence se trouvant à La Paz et tenu par un Français (Jean-Christophe Arbonne) que je recommande tout particulièrement si ce voyage vous a donné envie d’aller y faire un tour.

0 Commentaires

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Contacter-moi

Vous pouvez m'envoyer un email via le formulaire, je vous répondrai dès que possible

En cours d’envoi

©2017 KLEO Template a premium and multipurpose theme from Seventh Queen

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?